Mikrokosmos

Mikrokosmos

Loïc Pierre, direction

Défenseur du renouveau choral hexagonal, Mikrokosmos propose depuis 25 ans une palette sonore a capella nourrie d’aventures artistiques peu communes. Porté par une troupe de 40 chanteurs âgés de moins de 30 ans, auréolé de 20 prix internationaux et très sollicité par le cinéma, le « laboratoire choral » Mikrokosmos cultive l’audace.

Avec des créations originales mariant influences et partenariats inédits le choeur dissous les frontières entre les arts. Ainsi, la danse hip-hop et la vidéo intimement mêlées au chant dressent un portrait singulier de l’art choral d’aujourd’hui.

La création chorale constitue le fer de lance de l’identité de Mikrokosmos. Toute la nouvelle génération de compositeurs français collabore depuis plus de 20 ans avec Mikrokosmos : Pascal Zavaro (Songs of innocence, concerto pour choeur et violon), Philippe Hersant (Nostalgia pour choeur et violon et installation vidéo), Thierry Machuel (un bestiaire de Noël mélangeant profane et sacré), Zad Moultaka (La montagne sans nom), Patrick Burgan (Soleils), Nicolas Bacri (Stabat Mater), Maurice Jarre (Beatidudines), Bruno Coulais (Stabat Mater), Bruno Régnier (Créatures pour 9 instrumentistes et 12 chanteurs).

Nevermind

Nevermind

Anna Besson : flûte
Louis Creac’h : violon
Robin Pharo : viole de Gambe
Jean Rondeau : clavecin

Nevermind est un jeune quatuor de quatre musiciens et amis dont l’amour pour la musique ancienne et l’influence des musiques jazz et traditionnelles les ont poussés à se réunir et former un ensemble dont la virtuosité n’a d’égale que la fougue et l’amour de la belle musique. C’est donc tout naturellement et avec un plaisir indéniable que Nevermind s’est créé afin de faire partager la musique qu’ils aiment et défendent à un public le plus large et varié possible, transcendant le répertoire pour quatuor (flûte, violon, viole de gambe et clavecin) des XVIIème et XVIIIème siècles. Les nombreux concerts donnés par l’ensemble n’ont fait que renforcer leurs convictions : l’amitié qui se dégage de ces quatre musiciens transparaît avec fougue et réel plaisir du jeu, le tout porté par une complicité frappante.

En 2014, Nevermind remporte le prix spécial du festival à la Van Wassenaer Competition d’Utrecht. L’ensemble se produit en France, en Europe et aux Etats-Unis (Oberlin et Ann Arbor) dans de prestigieux festivals et salles tels : Théâtre des Champs Elysées, Philharmonie de Varsovie, Festival d’Auvers sur Oise, Rheingau Musik Festival, Muziekgebouw d’Amsterdam ou encore au Concertgebouw de Bruges.

En 2016-2017, le quatuor se produira entre autre à l’auditorium du Louvre, BOZAR (Bruxelles) ainsi qu’au festival Thuringer Bachwochen.

En 2016, paraît pour le label Alpha/Outhere le premier disque du quatuor Nevermind : Conversations, qui s’intéresse aux quatuors français de la première moitié du XVIIIème siècle composés par Jean-Baptiste Quentin et Louis-Gabriel Guillemain.

Duo Funambules

Duo Funambules

Vassilena Serafimova, marimba et percussions
Thomas Enhco, piano

Que produit la rencontre de deux électrons libres ? Une énergie folle !

Depuis sept ans, le pianiste Thomas Enhco et la percussionniste Vassilena Serafimova forment un duo hors normes. Funambules, leur premier disque, paraît le 8 avril chez Deutsche Grammophon et est déjà en précommande. Une création à leur image, à la croisée des genres, entre classique, jazz, influences contemporaines et improvisation. De Mozart à The Verve, de Bach à leurs propres compositions.

Thomas Enhco, membre de la grande famille Casadesus, a baigné dans la musique classique avant de choisir le jazz et l’improvisation. En 2013, il est élu « Révélation de l’année » aux Victoires du jazz. En 2015, Feathers, son quatrième disque, paraît sur le label Verve et confirme un style énergique et tendre, à son image.

Dans sa Bulgarie natale, Vassilena Serafimova aborde la musique par l’école russe et intègre le marimba, jeune instrument du XXe siècle, à une culture très classique. Tantôt percussif, tantôt éolien : elle dévoile avec sensibilité toutes les possibilités du marimba, instrument fascinant et encore méconnu.

Canticum Novum

Canticum Novum

Emmanuel Bardon, Hacer Toruk : chant
Aliocha Regnard : nyckelharpa fidula
Spyros Halaris : kanun
Ismaïl Mesbahi : percussions
Isabelle Courroy : flûtes

« Au regard de la mémoire, continuons à créer des passerelles vers l’avenir pour que la musique permette encore et toujours d’inciter au dialogue, à la découverte, à la complicité, au questionnement. » 
Emmanuel Bardon, directeur artistique

En redécouvrant et interprétant des répertoires de musique ancienne, Canticum Novum tisse des liens entre la musique d’Europe occidentale et le répertoire du bassin méditerranéen, riche de l’union du monde chrétien et d’un Orient marqué d’une double hérédité juive et mauresque. Ces programmes reflètent par ailleurs une autre ambition de Canticum Novum, celle de positionner l’aventure humaine et l’interculturalité au cœur de ses projets et d’interroger sans cesse l’identité, l’oralité, la transmission et la mémoire. 

Canticum Novum est conventionné par la Ville de Saint-Étienne et le Département de la Loire. L’ensemble est également soutenu par la Région Rhône-Alpes et le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Rhône-Alpes. Il reçoit ponctuellement l’appui de l’ADAMI, du FCM et de la SPEDIDAM.

Duo Gingko

Duo Gingko

Ludivine Moreau, flûte
Lucie Berthomier, harpe

La feuille de cet arbre qui de l’Orient
A été confié à mon jardin
Donne à apprécier un sens caché
Capable d’édifier l’initié.
Est-ce un seul être vivant
Qui s’est scindé en lui-même ?
En sont-ce deux qui s’élisent
Au point qu’on les connaît comme un seul ?
Pour répliquer à de telles questions
J’ai sans doute trouvé le vrai sens :
Ne ressens-tu pas, à mes chants,
Que je suis un et double ?

Goethe, extrait du Divan occidental-oriental
Traduction de Serge Meitinger

Le Duo GINKGO est né d’une rencontre entre deux jeunes musiciennes issues du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon (CNSMDL). Passionnées toutes deux de musique de chambre, Ludivine Moreau et Lucie Berthomier se découvrent une sensibilité commune qui les décide alors à poursuivre leurs carrières musicales ensemble : elles créent le Duo GINKGO.

 Ludivine et Lucie partagent leur passion de la musique en faisant (re)découvrir leurs instruments à travers un répertoire varié et original. Autour de thématiques de programme diverses, elles n’hésitent pas à interpréter avec énergie et finesse des pièces de répertoire écrites pour cette formation, allant du baroque à la musique contemporaine, et n’hésitent pas à se réapproprier certaines pièces qu’elles transcrivent pour leurs instruments. Il leur tient également à cœur de rendre accessible la musique auprès de tous : elles présentent, lors des concerts, leurs programmes musicaux  et la spécificité de chaque pièce pour une meilleure compréhension de la musique.

 Afin d’élargir ses horizons, le duo transcrit également des standards jazz, de variété et de musiques traditionnelles afin d’inviter ses auditeurs à un voyage sonore original.

 À l’origine du nom du Duo GINKO, le poème de Goethe qui vient subtilement rappeler l’arbre emblématique du parc du CNSMD de Lyon, lieu de rencontre des deux musiciennes.