ENSEMBLE HORS-CHAMP

Ensemble Hors-Champ

comédien Hugo Baker

accordéon Vincent Gailly

clarinette Luc Laidet  

flûte Adrian Saint-Pol

harpe Joanna Ohlmann

tuba Ulysse Manaud

percussions Lara Oyedepo

violon Martial Boudrant

composition Julien Bellanger / Thibault Cohade / Gaëtan Maire

L’Ensemble Hors-Champ est une formation instrumentale spécialisée dans la création et la diffusion de ciné-concerts.

De 4 à 11 musicien·nes, il est composé d’instrumentistes récemment diplômé·es du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon dont le but de l’ensemble est d’encourager la professionnalisation. L’ensemble a développé ses compétences à travers différentes expériences telles que la collaboration avec des compositeur·rices, la production, la diffusion de ciné-concerts et l’enregistrement studio.
Les trois membres fondateurs, Adrian, Ulysse et Luc se sont rencontrés pendant leur cursus au CNSMD. Dès les premiers ciné-concerts créés avec la classe de composition pour l’image, leur engouement pour la relation musique et image les conduit à multiplier les collaborations et les créations. Désormais diplômés, ils souhaitent continuer à partager ce subtil mélange des sens et des arts par la création de cet ensemble
professionnel dédié à la musique pour l’image.
L’Ensemble Hors-Champ débute son activité à l’automne 2019 avec la création du ciné-concert Sherlock Junior de Buster Keaton sur une musique spécialement créée par Gilles Alonzo (pour 11 musicien·nes). Cette comédie brillante présente l’histoire d’un modeste projectionniste que le destin conduit à se transformer en un véritable détective.

 

Julien Bellanger : Fort de ses expériences en jazz et musiques actuelles, il se consacre pleinement à la composition instrumentale et orchestrale pour différents ensembles allant du quatuor à cordes à l’orchestre symphonique (Orchestre des Pays de la Loire, Orchestre Régional de Normandie) et pour des courts et longs métrages (Les Dissociés de Golden Moustache, les séries Les Emmerdeurs et le Trône des Frogz etc.)

Thibault Cohade : Particulièrement intéressé par l’ouverture à différentes formes artistiques et approches pédagogiques. Thibault Cohade enseigne au CNSMD de Lyon, dans la classe de composition pour l’image. Son expérience artistique se forge non seulement dans le domaine de la vidéo (séries, courts métrages et
publicités) mais aussi dans le domaine de la performance live, de la danse et du théâtre.

Gaëtan Maire : Sa musique, sensible et colorée, est influencée par la musique instrumentale, la musique symphonique, par les musiques électroniques et par les musiques de films. Il compose et arrange tour à tour pour la télévision (habillage musical d’E=M6), la scène (spectacle pop/symphonique Gainsbar’iolica), la
chanson française (« Enfantillages de Noël » et « Enfantillages 3 avec Guillaume Aldebert), le spectacle (création pyrotechnique et symphonique) et il travaille régulièrement avec plusieurs maisons d’éditions de chansons et de musiques pour la jeunesse (« Eveil et Découvertes » notamment).

En concert : 

THIBAUT GARCIA

Thibaut Garcia

Guitare

Guitariste d’origine franco-espagnole, Thibaut Garcia est né en 1994 à Toulouse où il débute l’apprentissage de la guitare à l’âge de sept ans. Il y obtient son prix de guitare dans la classe de Paul Ferret. À 16 ans, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe d’Olivier Chassain et bénéficie en parallèle des conseils de Judicaël Perroy.

À 16 ans, il remporte le Premier Prix du concours Ana Amalia à Weimar en Allemagne. Depuis, il a remporté les premiers prix de nombreux concours internationaux, et notamment celui de la Guitar Foundation of America à Oklahoma City aux Etats-Unis en 2015, du José Tomas à Petrer en Espagne en 2014, et du Concours international de Séville en Espagne de 2013. Il y est depuis invité pour donner des master-classes et faire partie de leurs jurys.

En 2015, il est nommé filleul de l’Académie Charles Cros. En 2019, il est nommé « Révélation Instrumentale » des Victoires de la Musique Classique.

Thibaut Garcia joue désormais dans les plus grands festivals de guitare à travers le monde : Australie, Canada, Espagne, Finlande, Suisse, Belgique, Allemagne, France, Italie, Monténégro, Chili, Nouvelle-Calédonie, Etats-Unis, Brésil, Argentine, Mexique, Roumanie, Russie… Durant la saison 2016-2017, il a donné plus de soixante concerts aux Etats-Unis et au Canada. Il se produit depuis en récital au Festival Radio France Occitanie Montpellier, au Festival Toulouse d’été, à l’Auditorium de Bordeaux, au Wigmore Hall à Londres, au Konzerthaus de Wien, au Concertgebouw d’Amsterdam, au Tchaikovsky Hall de Moscou, à la Salle Bourgie de Montréal, au Centre de Musique de Chambre de Paris Salle Cortot, à l’Auditorium du Musée d’Orsay, aux Grands Interprètes à Toulouse, au Festival Musiq’3 à Bruxelles, à la Seine Musicale…

En 2016, Thibaut Garcia a fait ses débuts en concerto avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Il a joué depuis en concerto notamment avec l’Orchestre Philharmonique de Baden-Baden, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre de Dijon-Bourgogne, l’Orchestre de Cannes, l’Orchestre de l’Opéra de Nice, et les orchestres de la BBC.

En 2017, Thibaut Garcia est nommé New Generation Artist par la BBC, ce qui l’amène à se produire en récital et concerto aux Royaume-Uni, faisant notamment ses débuts au Wigmore Hall à Londres.

En musique de chambre, Thibaut Garcia se produit aux côtés d’Edgar Moreau, de Raphaël Sévère, d’Elsa Dreisig, de Jean-Frédéric Neuburger, d’Antoine Mornière, de Boris Grelier, d’Anaïs Constans, des frères La Marca, de Kathryn Rudge, du Quatuor Arod…En 2016, il rejoint en exclusivité Warner Classics Erato pour ses projets discographiques, avec un premier disque Leyendas. Son deuxième disque, en hommage à J.-S. Bach est sorti à l’automne 2018.

En concert le 20 août : 

FÉLICIEN BRUT

Félicien Brut

Accordéon

Félicien Brut est devenu, en quelques années, le représentant de l’accordéon dans la nouvelle génération de musiciens classiques français, défendant ardemment le caractère polymorphe de son instrument et suscitant la création d’un nouveau répertoire lui étant dédié en musique de chambre et avec orchestre.

Né en 1986 en Auvergne, terre de musique traditionnelle par excellence, Félicien entame sa formation musicale très jeune en abordant, en premier lieu, le répertoire musette et populaire intrinsèquement lié à l’histoire de l’accordéon. En 1996, il intègre le CNIMA où il découvre, au contact de nombreux accordéonistes français et étrangers, les répertoires swing, classique et contemporain. Sans choisir une esthétique plutôt qu’une autre, il va très tôt affirmer son envie de travailler dans tous les styles, dans tous les répertoires.

En 2007, Félicien remporte successivement les trois plus grands concours internationaux d’accordéon existants : le Concours International de Klingenthal en Allemagne, le Concours Interna- tional de Castelfidardo en Italie et le Trophée Mondial d’Accordéon à Samara en Russie. Ces récompenses le propulsent dès 2008 sur les scènes internationales de nombreux festivals.En avril 2016, Félicien son premier album Soledad del Escualoavec le Trio Astoria, formation dédiée au Nuevo Tango d’Astor Piazzolla, mais c’est l’année 2017 qui marque un tournant majeur dans son parcours. Il choisit en effet de s’entourer du Quatuor Hermès et du contrebassiste Édouard Macarez pour donner vie à l’étonnant projet « Le Pari des Bretelles », se fixant pour défi de réunir musette et musique classique au sein d’un même programme. Le succès de cette for- mation est immédiat et l’amène à se produire dans des salles et festivals prestigieux comme la Seine Musicale, la Folle Journée de Nantes, le Festival Classique au Vert, les Flâneries Musicales de Reims, etc.En Juillet 2018, Félicien fait ses débuts avec orchestre. Il est l’invité du Festival « Un Violon sur le Sable » à Royan pour la création de Caprice d’accordéoniste, pièce pour accordéon soliste et orchestre symphonique, commandée à son compositeur fétiche Thibault Perrine. Il créé ensuite, en avril 2019, Souvenirs de balavec l’Orchestre de Cannes. En parallèle, Félicien continue de mener de nombreux projets de musique de chambre avec les plus brillants des musiciens de sa génération comme le guitariste Thibaut Garcia ou la trompettiste Lucienne Renaudin-Vary.

En 2020, il créé un nouveau programme pour accordéon et quintette à cordes, toujours en compagnie du Quatuor hermès et Édouard Macarez. Ce programme intitulé Neufdevient aussi un disque, paru sous le label Mirare. Il rend hommage à l’immense Beethoven à travers neuf créations originales signées de neuf compositeurs d’aujourd’hui.

Félicien joue sur un Bayan Gadji conçu, accordé et entretenu par Stéphanie Simon.

En concert le 20 août : 

BEN CRUCHLEY

Ben Cruchley

Pianiste

Pianiste acclamé par la presse pour son jeu “très personnel”, “charismatique”, et “toujours fascinant”, Ben Cruchley a remporté le 2ème prix du concours international “Beethoven” à Bonn en 2015, ainsi que le 3àme prix du concours “Grieg” en Norvège (2016). Il a été invité à jouer dans des salles renommées telles que la Brahms-Saal de la Musikverein à Vienne, et la Salle Richard Bradshaw à Toronto. Comme soliste il a joué avec l’Orchestre Symphonique de Toronto, le Beethoven Orchester à Bonn ainsi que l’Orchestre Philharmonique de Bergen. Il a fait ses études à l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia avec Benedetto Lupo après des années passées dans la classe de Dang Thai Son à l’Université de Montréal.

Ben Cruchley est reconnu pour l’étendue de ses aptitudes musicales. Musicien de chambre dévoué, il a collaboré notamment avec des membres de l’Orchestre Festivale de Lucerne, de l’Accademia Santa Cecilia, et de l’Orchestre de la Canadian Opera Company. Dans le domaine de la musique contemporaine a-t’il participé dans l’Ensemble Novecento à Rome, prenant part dans plusieurs créations avec eux. Il a travaillé à plusieurs reprise avec l’Opera Atelier à Toronto, comme répétiteur et assistant-chef.

En concert le 19 août : 

CÉCILE HOUILLON

artistes2021_Houillon

Cécile Houillon

Soprano

Cécile Houillon nait à Marseille. Passionnée par le chant et seule musicienne de sa famille elle obtient en 2016 son Master eninterprétation à Lausanne auprès de Brigitte Balleys.

Elle interprète, entre autre, les rôles de Miss Jessel (B.Britten – Turn of the Screw), la Première Dame (W- A.Mozart – DieZauberflöten) ainsi que le rôle-titre dans L’Ombra (U.Bottacchiari). Elle chante les Rückertlieder de G.Mahler avec orchestre au Konzerthaus de Berlin et fait la clôture du festival « Les ArtScènes » de Nantes. Déjà finaliste de deux concours internationaux àMilan et Macon, elle remporte le prix du jeune public lors du 1er concours Kattenburg à Lausanne.

En concert le 19 août : 

LOUIS ZAITOUN

Louis Zaitoun

Ténor

Durant son adolescence, Louis Zaitoun est bassiste et chanteur dans des groupes de rock progressif. En entrant à la Sorbonne de Paris en musicologie il découvre petit à petit les possibilitées de sa voix de ténor lyrique, entre au conservatoire du 16ème arr. de Paris, et dès les premières leçons il réalise qu’il veut en faire son métier. Pendant la dizaine d‘années qui suivent il entre tour à tour au Choeur de l’Armée Française, puis à la Haute Ecole de Musique de Lausanne où il obtient son diplôme de Bachelor avec la note maximale puis son Master. Il passe ensuite par l’Opéra Studio de Lyon pour la production de « Macbeth » de Verdi, et est lauréat de plusieurs concours d’opéra dont le 2ème prix d’opéra à Béziers, le prix d’ « interpretation dramatique » au concours « Accademia Belcanto » de Graz, et le prix Adami du meilleur interprète masculin du répertoire italien à Clermond Ferrand.

Durant son parcours il étudie auprès de nombreux professeurs tel que : Pierre Catala, Gary Magby, Christine Schweitzer, Leontina Vaduva, Guinka Radilova, Piero Visconti. Il participe aussi à de nombreuses Masterclass : Silvia Sass, Nadine Denize, Jean Paul Fouchécourt, John Fiore, Giacomo Aragall.

Sa voix et ses acquis dramatiques lui ont permis de chanter une grande variété de rôles et de genres.

Il a chanté aussi bien des oratorios : Le requiem de Mozart, le Stabat Mater de Dvorak,  l’oratorio de noël de Saint Saens, ou La création de Haydn ; Que dans des opérettes tel que Le Brésilien dans « La vie Parisienne » à l’opera de Lausanne, Le fils dans « Les mamelles de Tiresias » à l’opera de Lausanne, Barigoule dans « Cendrillon » de P. Viardot à l’opéra de Lausanne, Landry dans « Chilperic » à l’opéra d’Angers.

Abordant avec aisance le repertoire romantique français et le « Belcanto » italien il a interprété : Le Duc dans « Rigoletto » au Summum de Grenoble, Alfredo dans « La Traviata » au Summum de Grenoble, au  Victoria Hall de Genève, et au casino d’ Aix les bains, DesGrieux dans « Manon » (Massenet), Vincent dans « Mireille », Rodolfo dans « La Bohème » au Victoria Hall de Genève ;  Il a aussi chanté les rôles titres d’opéras plus dramatiques tel que Don Josédans « Carmen » au Victoria Hall de Genève et à l’auditorium Stravinsky de Montreux, Cavaradossi dans « Tosca » et Pinkerton dans « Madame Butterfly ».

 

En concert le 19 août : 

LOCO CELLO

Loco Cello

François Salque : violoncelle

Samuel Strouk : guitare

Adrien Moignard : guitare

Jérémie Arranger : contrebasse

« Loco Cello » propose une aventure musicale ambitieuse qui tisse des liens étroits entre la musique classique, le jazz, et les musiques du monde. Quatre musiciens respirent ensemble et réinventent la notion de quatuor à cordes en associant deux guitares, un violoncelle, et une contrebasse, autour d’une musique de chambre aérienne à la fois mélodique et swing.

Dans ce projet, les cordes sont au pouvoir et règnent en maître autour d’une construction rigoureuse, exigeante, et poétique, qui assemble astucieusement les cordes pincées (guitares et contrebasse) et les cordes frottées (violoncelle).

Le violoncelle est « fou » (Loco Cello) car il est rarement utilisé dans le jazz, et parce qu’il est joué dans une démarche virtuose avec une très belle sonorité issue de la musique classique, dans un contexte musical riche et varié, qui aime s’aventurer dans plusieurs genres.

Par moment il s’agit d’un quartette de jazz manouche qui joue à deux reprises des titres phares du répertoire de Django Reinhardt (Flèche D’Or et Rythme Futur) où l’on aurait remplacé le violon de Stéphane Grappelli par le violoncelle de François Salque. Et ça change tout !

A d’autres moments, le quartette jongle sur différentes ambiances folkloriques, sur F.F.F. (pour dire : Folk For François), nous passons d’une ambiance balkanique, où guitares et violoncelle jouent magnifiquement le thème à l’unisson, à un pur solo de guitare jazz joué par Adrien Moignard, pour aboutir à un changement de rythme qui transforme ce thème en folklore irlandais !

Loco Cello est un quatuor à cordes des temps modernes, un quartette de chambre atypique, où l’émotion, la complicité et la virtuosité font bon ménage. Une musique organique, vivante, et mouvante, où la tendresse côtoie la tension en exprimant un sentiment teinté à la fois d’allégresse et d’urgence. Il s’agit d’une approche musicale unique, où le rubato classique se teinte de swing rythmique, et où les frontières musicales sont abolies à travers une palette colorée, contrastée, et sensuelle, servie par une sonorité de groupe singulière et particulièrement prégnante.

En concert :